Au niveau départemental

Au Conseil Départemental le 12/04/2015…
4 CD BUDGETS  20 04 2015

Au Conseil Départemental le 21/04/2015…
3 C D  POLITIQUE GENERALE 21 04 2015

Puy de Dôme en Mouvement Avril 2015
Pour une vraie démocratie participative.
Les élu-e-s du groupe Front de gauche et Gauche citoyenne remercient les électrices et électeurs qui
ont voté pour les candidatures d’union Front de Gauche, Europe Écologie Les Verts et Gauche
citoyenne au premier tour des élections départementales. Avec une moyenne globale de résultat à
13,84%, ce score est encourageant pour une première dans le Puy de Dôme. Cette union a permis
l’élection de Clémentine Raineau et Grégory Bonnet dans le canton de Saint-Georges-de-Mons, de
Jocelyne Glace Le Gars et Jacky Grand dans le canton de Billom et de Caroline Dalet dans le canton de
Maringues.
Avec 48,2% dans notre département, l’abstention est la grande gagnante de cette élection. Elle
traduit un désaveu cinglant de nos concitoyens pour l’ensemble de la classe politique et la
démocratie représentative. Le Front national était présent au deuxième tour dans quatre cantons
puydômois ; il s’agit déjà d’un énième avertissement qui impose une prise de conscience de
l’ensemble des républicains de notre département.
François Hollande et son gouvernement restent les principaux responsables de cette situation. Ils
mettent en oeuvre une politique économique libérale qui aggrave et prolonge la crise économique et
sociale que nous subissons. Loin de ses engagements socialistes, le gouvernement applique les
desiderata de la Commission européenne et des lobbies de la finance, imposant toujours plus
d’austérité aux budgets de l’État et des collectivités locales. C’est l’une des raisons du refus des élu-es
Front de Gauche et Gauche citoyenne de participer à l’exécutif départemental. En diminuant les
dotations aux départements, le gouvernement met en danger les services publics, la solidarité entre
les êtres à chaque étape de la vie, la solidarité entre les territoires, la nécessaire et urgente transition
écologique.
Les élu-e-s du groupe Front de gauche et Gauche citoyenne souhaitent représenter l’ensemble des
puydômoises et puydômois. Ils développeront et expérimenteront des outils de démocratie
participative, afin de faire revivre le goût et le plaisir de la vraie politique, celle qui nous rassemblera
autour de la défense des services publics de proximité, autour des questions d’alimentation, de
nouveaux modes de production, d’habitat, d’énergie, de biodiversité, d’éducation et de transport,
etc. Chaque citoyen-ne aura ainsi la possibilité de faire entendre sa voix et de participer ainsi à la
construction de notre monde commun.
Un monde dans lequel les femmes et les hommes auront les mêmes droits. La parité au sein des
instances délibératives est une étape décisive. Il est temps que notre société devienne juste et
égalitaire.
Co-président-e-s : Jocelyne Glace Le Gars, Gregory Bonnet
Caroline Dalet, Clémentine Raineau et Jacky Grand.
frontdegauchecg63@laposte.net
Tel : 04-73-42-25-26

Puy de Dôme en Mouvement Juin 2015
Loi Macron, régression !!!
Le Président François Hollande déclarait durant sa campagne : «Le combat de 2012, c’est de
préserver le principe du repos dominical, c’est-à-dire de permettre aux travailleurs de consacrer un
jour de leur semaine à leur famille, au sport, à la culture, à la liberté. Et j’y veillerai !»
Pourtant, aujourd’hui, la Loi Macron est un catalogue de mesures contre le droit du travail,
les normes environnementales et favorise les privatisations.
Elle prive de leurs droits et de la défense de ces droits les salariés, touchant moins que le
smic, travaillant le dimanche, sans repos hebdomadaire, avec des journées sans limites d’heures.
Le dimanche, les Français n’auront pas plus d’argent à dépenser que les autres jours. Les
seuls effets prévisibles sont la mort des petits commerces et un rythme de vie intenable pour les
salariés qui travailleront. Qui gardera les enfants de ceux contraints d’accepter de travailler le
dimanche ? Comment vivront les associations et les clubs sportifs quand leurs membres seront dans
les magasins pour travailler ? La loi prévoit que seuls les volontaires seront concernés. Les salariés ne
sont pas en position de dire non à leur employeur, quand la menace du licenciement est aussi forte
qu’aujourd’hui.
Mais la loi Macron c’est aussi la mort programmée des accords collectifs au profit d’un
accord à l’amiable entre patron/salarié sans référence nécessaire au code du travail, abandonnant la
consultation des élu-e-s du personnel lors du licenciement de moins de 10 salariés;
Elle délégitime le tribunal administratif, en refusant le versement d’indemnités ou la
réintégration dans l’entreprise lors d’un licenciement jugé injustifié et limite le recours aux
prud’hommes.
Elle favorise le « transfert au secteur privé » d’entreprises sensibles comme le GIAT,
Groupement Industriel des armements terrestres, les aéroports, la SNCF, sans oublier la privatisation
d’étages entiers de nos hôpitaux à des fins de tourisme médical ;
Elle contourne les règles de protection de l’environnement, allégeant les contrôles et la
prévention des risques qui règlementent les projets de constructions dans nos zones touristiques.
Voici la politique nationale que nous subissons toutes et tous, citoyens-consommateurs,
salariés-exploités, dans tous les départements de France, dans les villes, au plus proche de nous.
Cette course effrénée pour une soi-disante croissance, oublie d’associer l’humain, au mépris de la
souveraineté populaire. Pour preuve : La manière de nous imposer cette loi, antidémocratique,
présentée le 26 janvier dernier en procédure accélérée. Le 1er ministre, en passant la loi Macron en
force, démontre qu’elle n’avait pas la majorité devant la représentation nationale ; quel mépris pour
la république et pour son peuple.
Co-président-e-s : Jocelyne Glace Le Gars, Gregory Bonnet
Caroline Dalet, Clémentine Raineau et Jacky Grand.
frontdegauchecg63@laposte.net
Tel : 04-73-42-25-26

La Montagne le 23/06/2015
CONSEIL DEPARTEMENTAL 23 06 2015
Intervention du groupe:
Dénonçant les politiques d’austérité, Grégory BONNET a particulièrement déploré leurs effets sur l’enfance et la jeunesse. Il s’est élevé contre la proposition de diminuer de plus de 100 000 € l’intervention pour les cinq collèges relevant de l’éducation prioritaire et, plus grave encore, d’abandonner l’intervention en faveur des quatre collèges en « zone apparentée éducation prioritaire ». Le groupe a également exprimé son inquiétude pour les politiques facultatives que le département menait en direction des réseaux ruraux des Combrailles et du Livradois

La Montagne le 24/06/2015
13 CONSEIL DEPARTEMENTAL 24 06 2015

Voeu demandant la suppression du recours à l’examen des tests osseux
Présenté par le groupe Front de gauche – Gauche citoyenne et le groupe Socialiste Radical et Républicain.
Adopté

La Montagne le 30/06/2015
14 CONSEIL DEPARTEMENTAL WI-FI  30 06 2015

Puy de Dôme en Mouvement Septembre 2015
Sauvons les trains d’équilibre des territoires.
Le 26 mai dernier, le député Philippe Duron remettait au gouvernement son rapport sur le
devenir des trains d’équilibre du territoire, dit « TET d’avenir ».
Dans un contexte d’austérité, le rapport répond parfaitement à l’obsession du gouvernement
Hollande qui est de réduire la dépense publique. Les préconisations proposent la fermeture
de nombreuses lignes SNCF au prétexte d’un manque de rentabilité. Les destructeurs du
service public rejouent inlassablement la même histoire : on ferme ici la maternité, le bureau
de poste, là un équipement culturel ou la permanence de la Sécurité sociale.
Ces lignes contribuent pourtant à l’aménagement du territoire, garant d’une cohésion
territoriale, qui donne corps à la nation. Elles participent à la mobilité de chacun d’entre nous
quel que soit son lieu de résidence.
Face à cet abandon de l’Etat et de son rôle, les régions devront prendre le relais alors
qu’elles sont étranglées financièrement par l’austérité. Elles ne pourront pas engager les
investissements vitaux pour la pérennité des infrastructures et la sécurité des voyageurs.
S’engagera alors le délaissement et l’enclavement de territoires entiers, que la libéralisation
des transports si chère au ministre Emmanuel Macron, ne comblera pas.
Pour l’Auvergne et le Puy de Dôme, les préconisations du rapport sont terribles. S’il propose
le renforcement de la ligne Clermont-Paris, les 3 autres lignes nationales sont menacées de
fermeture: Clermont-Nîmes, Clermont-Béziers, Clermont-Ussel-Bordeaux.
François Hollande et son gouvernement jouent une partition libérale avec l’objectif d’en finir
avec le service public du rail et son opérateur historique et d’accélérer ainsi l’ouverture à la
concurrence, sans attendre les décisions européennes.
A quelques mois de la Conférence des parties (COP 21) sur les changements climatiques et
après la loi sur la transition énergétique, qui, doit-on le rappeler, a ignoré l’enjeu des
transports, le rapport Duron est à nouveau un signal très négatif.
La complémentarité entre les modes de transport doit être recherchée avec pour objectifs
l’efficacité économique, sociale et environnementale.
Pourquoi ne dit-on pas que le transport routier assoit sa compétitivité supposée sur les
contributions publiques qui financent routes et autoroutes, soit un mode de transport
largement subventionné ? Pourquoi ne dit-on pas qu’en intégrant les coûts externes liés à
l’engorgement des routes, aux accidents, à la pollution et à leurs conséquences en matière
de santé publique, le transport ferroviaire est bien moins coûteux que celui sur la route ?”
Le rail est un transport d’avenir indispensable à la transition énergétique si urgente
aujourd’hui. Il est vital de développer le transport de marchandises, le ferroutage et le
transport des voyageurs, par train. Pour cela, il faut engager le pays dans une véritable
planification écologique. L’Etat doit être au centre de cette démarche car il est le garant de la
solidarité entre les territoires.
Lors de la session du 22 et 23 Juin, notre groupe a proposé un voeu pour s’opposer
aux conséquences du rapport Duron ; il a été rejeté par une partie de la majorité de
gauche du Conseil départemental.

Puy de Dôme en Mouvement Octobre 2015
Les conclusions du rapport rendu par la mission inter-inspections, mandatée par le
gouvernement pour réorganiser les services de l’Etat, sont inquiétantes et révélatrices d’une
volonté : restructurer le territoire français autour de puissantes régions, armées pour conduire
la guerre économique inscrite dans les gènes de l’Europe marchande, machine de guerre
contre les peuples, grotesquement soumise aux exigences des grandes organisations
internationales de la finance.
Ainsi, selon cette mission, près de 10 700 agents au niveau national, dont 1448 agents
auvergnats, sont «susceptibles de connaître une mutation géographique ou fonctionnelle ».
L’éloignement pressenti de centaines de fonctionnaires porterait un nouveau coup aux
habitants de nos territoires, à ses services publics, aux forces vives que sont le milieu
économique et associatif, mais aussi aux collectivités territoriales auprès desquelles l’Etat
assure de nombreuses missions.
Les inquiétudes sont vives quand on lit dans ce rapport qu’il convient de « rejeter les
solutions de facilité qui consisteraient à maintenir en l’état les directions régionales
actuelles dans les anciens chefs-lieux, au nom de la préservation sur place des
emplois publics, ou parce que la mobilité géographique des agents est difficile ».
La proximité des services de l’Etat n’est qu’une préoccupation bien secondaire pour les
prescripteurs d’oukases, mandatés par M.Valls. « La finance d’abord, l’humain après ! »
semble être le slogan du premier ministre. L’Auvergne et ses départements ont décidément
du souci à se faire de même que Clermont-Ferrand « qui risque de perdre gros » pour
plagier un article d’un hebdomadaire auvergnat.
Certes, on nous annonce un rôle accru des préfets pour suppléer l’éloignement des
directions régionales. Mais qu’adviendra-t-il des administrations telles que les Agences
Régionales de Santé (ARS), indépendantes des préfets départementaux, qui travaillent tous
les jours avec les conseils départementaux sur ces enjeux si importants que sont les
questions sanitaires et d’hébergement ?
Notre groupe dénonce les sacrifices humains et les conséquences économiques que cette
fusion prépare pour notre région.
Lors de la session de juin dernier, notre groupe a présenté un voeu pour demander un grand
débat où l’ensemble des élus des collectivités locales serait consulté pour évoquer les
conséquences de cette réorganisation sur l’emploi et le développement du territoire
auvergnat. Mais cet élan démocratique n’a pas été partagé par assez d’élus pour que le
voeu soit adopté…

La Montagne le 29/09/2015 : la loi NOtre36 C D LOI NOTRE 29 09 2015

La Montagne le 30/09/2015
37 C D AIDES SOCIALES 30 09 2015
Cet article comporte un certain nombre d’erreurs(!!) rectifiées ci-dessous
La Montagne le 05/10/2015
42 CD POLITIQUE GERONTOLOGIQUE 05 10 2015

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Jacqueline Irles |
Stoptafta41 |
Pour une Gauche Écologique ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ESPOIR CITOYEN
| Droits humains pour tou-te-s !
| LADUCHE/LAFFITTE-LEFEBVRE: ...